lundi 14 janvier 2019

saumon massala

Voici une petite recette toute simple mais qui fait son effet, à servir avec du riz basmati, pour encore plus de saveurs!
Pour 4 personnes, il vous faudra:
- une courge butternut
- 4 morceaux de saumon.
- un oignon
-20 cl de lait de coco
- deux cuillères à café de massala en poudre
- deux cuillères à soupe d'huile d'olive

Emincer l'oignon et le faire revenir dans l'huile dans un wok.
Pendant ce temps, découper le saumon en cubes.
Eplucher et vider la courge. Puis la découper en cubes également.
Un fois l'oignon devenu transparent, ajouter la courge. 
Verser par dessus le lait de coco et la poudre de massala.
Mélanger.
Faire cuire à feu moyen 20 minutes, à couvert.
Ajouter les cubes de saumon et prolonger la cuisson de 5 minutes.
Servir chaud avec du riz et... se régaler!

jeudi 10 janvier 2019

Roule galette

Pour l'épiphanie, nous avons fait et mangé notre première galette des rois dimanche dernier.
Bien évidemment, mes enfants étant plutôt gourmands, ils m'ont demandé s'il était possible de faire une galette de temps en temps, même sans y mettre de fève!
Donc, voici ma petite recette, qui peut aisément servir de "base" en ajoutant du chocolat, du miel, des morceaux de pommes.. afin de personnaliser la recette!
J'achète deux pâtes feuilletées. Je choisis des pâtes pur beurre, bio.
Et je prépare la "farce" avec 100 grammes de beurre salé ramolli, 200 grammes d'amandes en poudre (ou concassées), 100 grammes de sucre de fleur de coco et trois oeufs.
On déroule la première pâte sur une feuille de papier cuisson.
On étale sur cette pâte la préparation. 
On dispose les fèves.
On recouvre le tout de la seconde pâte.
On referme bien les bords.
On étale du jaune d'oeuf sur la galette afin qu'elle dore.
On peut y dessiner des motifs avec la pointe d'un couteau, délicatement afin de ne pas percer la galette.
Puis on faut cuire 25 minutes à 180 degrés.
Et on déguste avec du cidre frais!

samedi 29 décembre 2018

Barcelone, Barri Gotic

Lors de notre séjour à Barcelone, nous avons longuement flâné dans le quartier appelé Barri Gotic.
C'est le quartier gothique de la ville. 
Et également l'un des quartiers les plus prisés des touristes.
A tel point que sa population Espagnole a diminué et qu'aujourd'hui, une bonne partie de ses habitants sont des gens de passage, des vacanciers.
Un quartier que nous avons trouvé très beau et dépaysant.
Un peu hors du temps.
Partout où les yeux se portent, il y a quelque chose à admirer!
Les ruelles sont généralement étroites.
L'architecture est assez ancienne.
Certaines maisons datent de l'époque médiévale.
On peut admirer dans ce quartier la Cathédrale de Sainte Eulalie.

C'est la cathédrale de Barcelone, d'architecture gothique. 

Elle a été construite entre les XIIIème et XVème siècles sur les restes de l’ancienne cathédrale romaine.
Elle-même était construite sur une église de l’époque wisigoth. 
Le 2 novembre 1929, elle a été déclarée Monument Historique-Artistique National.
 
Des gargouilles peuplent le haut de certains murs.
Plusieurs immeubles sont reliés par des passages comme dans la rue Calle del Bisbe qui est une petite rue piétonne entre la place centrale et Plaça de Sant Jaume.
A l'occasion des fêtes de fin d'année, un immense sapin y avait été installé.
Une crèche originale était également visible sur la place. 
Nous avons ensuite traversé la place royale.
 Immense et aux allures de côte d'Azur!
Plusieurs monuments sont à visiter ou simplement à voir dans ce quartier.
Palais épiscopal, musée Diocésain...
...palais de la généralité...
et vestiges romains.
L'ambiance dans ce quartier est romantique et paisible. 
Parfois, les magasins restent ouverts jusqu'à 22 heures.
Quel agréable lieu de déambulation! 




vendredi 28 décembre 2018

Mia et le lion blanc

Nous sommes allés voir ce très joli film en avant première la semaine dernière.

L'histoire, tout le monde la connait. C'est celle de Mia, petite fille de onze ans qui noue une relation hors du commun avec Charlie, un lion blanc né dans la ferme de félins de ses parents en Afrique du Sud. Tous les deux grandissent comme un frère et une sœur et deviennent vite inséparables. Mais trois ans plus tard, Charlie est adulte et il est devenu un lion imposant. Mia découvre alors le secret que cache la ferme : son père vend les lions à des « chasseurs de trophées ». Dés lors, Mia n’aura qu’une obsession : sauver Charlie, à tout prix avant qu'il ne soit vendu.


Ce qu'on sait moins, mais qui paraît évident une fois qu'on a vu le film, c'est qu'il a été tourné sur trois ans.
C'est également que le lion et la petite fille devenue adolescente, ont noué de véritables relations.
 C'est, je trouve, une véritable prouesse. Tant d'un point de vue organisationnel que d'un point de vue humain, technique...

L'histoire est belle, les personnages extrêmement attachants, les situations tantôt cocasses, tantôt émouvantes ou révoltantes, les paysages vraiment somptueux. Impossible de ne pas rêver devant l'écran et de ne pas se sentir totalement dépaysé!

 Et ce film défend une trés belle cause à découvrir dans les dernières minutes.
Un film exceptionnel à voir!

Photos prises sur le net.

jeudi 20 décembre 2018

Derrière le mur coule une rivière

Un joli livre que j'ai terminé il y a peu.
En résumé: 
"Je me mets la pression, je suis mon propre tyran. Il y a une espèce de critique féroce à l'intérieur de moi, qui m'en demande toujours plus et me dévalorise systématiquement, quoi que je fasse... Béa, j'ai un côté obscur que je ne montre pas. Avec les autres, je donne le change, mais je ne suis pas dupe de moi-même.
Béatrice fronce les sourcils et lui tend une tasse fumante.
Que veux-tu dire ?
Je fais semblant d'aller bien, dit Estelle en prenant la tasse. J'essaie de faire croire que je suis heureuse, mais je n'y crois pas moi-même. »
Au bureau comme sur son tapis de course, à table ou au mariage de sa meilleure amie, Estelle contrôle tout. Elle compte ses kilomètres et ses calories, ne tolère aucune erreur, ni avec sa fille ni dans les comptes de ses clients ni dans le comportement de son petit ami, qu'elle congédie au moindre faux pas.
Seule avec ses remords, elle s'épuise à ruminer ses échecs et son insatisfaction. Jusqu'au jour où Béa, sa voisine, la soixantaine épanouie, frappe à sa porte. Avec son rire et sa sensibilité, son franc-parler et son écoute, cette bonne fée va bouleverser sa vie et l'aider, enfin, à lâcher prise...

Encore un livre qui ressemble à un roman qui en dit plus qu'une simple histoire me direz vous!

Il est, je trouve, très bien écrit. 
Personnages sympathiques, histoire prenante dès le départ, intrigue intéressante.

Mais il est vrai que c'est aussi un peu "à la mode". De plus en plus de livres de ce style fleurissent sur les étals des librairies. Certes, il est intéressant d'ouvrir un livre pour non seulement se distraire, mais également pour y apprendre des choses. Toujours positif de trouver dans un ouvrage des choses qui peuvent nous aider à avancer dans la vie, à apprivoiser nos défauts, à s'améliorer...
Mais, hélas, trop d'auteurs garnissent ce rayon "fell better" de la littérature, parfois à de simples fins financières...

Cependant, il est important de souligner que cet ouvrage inclut la méthode Vittoz, et des conseils dont chacun pourra tirer partie. En cela, il se différencie de certains ouvrages qui se veulent "livres de développement personnel" mais dont on se demande, parfois, en les refermant, ce qu'ils peuvent nous avoir apporté...
A noter aussi que ce livre est écrit par un docteur en sciences humaines, psychanalyste et également chercheur en psychopathologie clinique. Peut être plus crédible que des auteurs lamba.
L'histoire ainsi racontée permet de vulgariser la méthode qu'il préconise, offre également au lecteur la possibilité de s'identifier à l'héroïne et peut être de prendre conscience que les problèmes qu'elle rencontre sont proches des siens. 
Une façon de réaliser qu'il a lui aussi besoin de lâcher prise! 

J'ai donc envie de dire que ce livre, même s'il ressemble à bien des romans initiatiques tant à la mode ces dernières années a un petit plus non négligeable!
En tout cas, moi, ça m'a donné envie de lire d'autres  livres de cet auteur!

mardi 18 décembre 2018

Les sablés

Noël arrive!
C'est la saison des sablés!
Et rien de mieux qu'une petite recette pour les réussir et se régaler!

Il vous faudra:
- 250 grammes de farine de blé. Vous pouvez la prendre semi complète, la mélanger avec de la farine de sarrasin à raison de 200 grammes de blé et 50 grammes de sarrasin. Au delà, il faudra adapter votre temps de cuisson.
- 125 grammes de beurre demi sel à température ambiante. C'est la moitié d'une plaquette de beurre classique
- 125 grammes de sucre. Je prends du sucre de fleur de coco bio, mais vous pouvez choisir de mettre du sucre blanc ou roux.
- un oeuf
- l'arôme de votre choix: cannelle, caramel, vanille, fleur d'oranger, cardamone...
 - de l'huile de coude et de la patience, car c'est très facile à faire, mais ça demande du temps, de la patience, et c'est si vite mangé!
On mélange tous les ingrédients.
on mélange, on malaxe, on obtient une boule de pâte qu'on laisse reposer au moins une heure au réfrigérateur dans le bac à légumes, ou dans une pièce fraîche couverte d'un torchon. On évite de mettre son saladier à l'extérieur afin de ne pas se retrouver avec un reste de pâte mangé par une souris...
 
On s'installe ensuite à table avec un rouleau à pâtisserie, un ou des emporte-pièces, de la farine pour mettre sur le plan de travail afin que nos sablés crus ne collent pas.
On étale en laissant 3 à 5 mm d'épaisseur.
On découpe avec un emporte pièce. Puis on place nos oeuvres sur une grille de cuisson recouverte de papier sulfurisé.
On enfourne ensuite pour 8 à 10 minutes de cuisson dans un four chaud à 180 degrés.
Bon appétit!

jeudi 6 décembre 2018

Barcelone, l'univers de Gaudi

Gaudi est sans doute le plus célèbre architecte de la capitale Catalane.
Lors de notre séjour à Barcelone, nous n'avons pas pu visiter toutes ses oeuvres, mais nous en avons tout de même admiré quelques unes.
Nous avons débuté par la Sagrada Familia.
C'est une basilique dont la construction a commencé en 1882.
Elle est inscrite à l'Unesco depuis 2005.
Elle est le monument le plus visité d'Espagne avec 3 millions d'entrées annuelles
L'extérieur est très surprenant.
C'est un bâtiment extrêmement ouvragé.
 Chaque partie fourmille de détails.
Les scènes se succèdent de tous cotés.
Pas un endroit qui soit vide.
Cette première façade est celle de la nativité.
Mais entrer dans cette cathédrale est tout simplement magique!
On en a eu le souffle coupé!
La basilique semble encore plus grande quand on est à l'intérieur.
L'architecture crée une incroyable impression d'infini!
Les vitraux donnent à la lumière des couleurs fantastiques.
Tout semble démesuré!
Partout où le regard se pose, c'est beau!
On a envie de stopper la course du temps pour pouvoir profiter de ces merveilles!
On ne sait pas où donner de la tête et on a rapidement le tournis!
Nous avons eu la chance d'avoir réservé notre visite en fin de matinée. 
A midi, les cloches sonnent et l'Avé Maria est joué dans le choeur.
C'était tout simplement magnifique!
Nous avons arpenté dans tous les sens ce superbe bâtiment.
Au fond, un immense panneau est gravé avec le "Notre Père".
A chaque angle de la cathédrale, on peut admirer une envolée d'escaliers, tous différents.
Ils permettent de monter aux tours, fermées par temps de grand vent, comme le jour de notre visite.
L'orgue est monumental, comme tout le reste!
Le thème de la nature, si cher à Gaudi, est présent partout!
Feuilles, arbres, branches, fruits, troncs...
 Une véritables balade dans une forêt magique!
  
 Nous avons passé plus d'une heure dans cette superbe cathédrale.
Je pense qu'il faut prendre son temps pour en profiter, pour s'imprégner de l'ambiance unique du lieu.
Après avoir visité l'intérieur de la Sagrada Familia, nous sommes ressortis afin d'admirer les façades invisibles de la rue. 
Toutes aussi belles et ouvragées que la façade de l'entrée principale.
Mais le style de sculpture est un peu différent.
C'est la façade de la passion du Christ.
Plusieurs sculpteurs ont participé à sa réalisation. 
Nous avons également découvert les portes incroyablement travaillées!
Chacune a un décor différent.
Et le parvis est orné de scènes bibliques.
Nous sommes ensuite allés voir le musée qui est situé en contrebas de la cathédrale.
 Il renferme des reliques...
... du mobilier...
 ...des pièces de la cathédrale...
...des maquettes.
Cette cathédrale reste inachevée à ce jour. Mais les dons s'étant multipliés ces dernières années, il est prévu qu'elle soit terminée pour le centenaire de la mort de Gaudi, en 2026.
Le second monument que nous avons visité de Gaudi est la casa Batllo.
Une visite incontournable à Barcelone!
Un bâtiment lui aussi inscrit au patrimoine de l'Unesco.
C'est une maison construite entre 1904 et 1906. 
Elle avait été commandée par un industriel du textile, Joseph Battlo I Casanovas.
Elle est d'ailleurs entourée d'autres jolies bâtisses.
Et elle est à coté d'un musée qu'on aurait pu visiter aussi!
Il faut réserver ses entrées longtemps à l'avance et être ponctuel car la réservation se fait à une date et pour une heure précise.
L'entrée coûte assez cher, mais on en prend plein les mirettes comme nulle part ailleurs!
Nos garçons et nous avons été émerveillés!
On se croit dans un monde fantastique durant toute la visite!
Sentiment accentué par l'organisation sans faille!
Tout d'abord, les entrées se faisant au compte goutte, il est possible de visiter et de prendre des photos sans bousculade, ce qui est extrêmement appréciable!
Dans un lieu aussi touristique, on ne s'attend pas à autant de quiétude!
Ensuite, on nous a remis à l'entrée un casque nous permettant de faire la visite guidée en Français.
Les explications défilent à chaque fois qu'on change de pièce et se répètent quand on y retourne.
Et on nous a également remis une sorte de smartphone qui détecte précisément nos mouvements et qui affiche chaque pièce meublée, éclairée... sur son écran.
Sur la terrasse par exemple, on voit au travers de l'écran les plantations et fleurs telles qu'elles devaient être lorsque Gaudi vivait là avec sa famille.
Ça rend la visite forcément très ludique!
La visite est prévue pour durer une heure, mais nous en avons facilement passé deux.

La nature, si chère à Antonio Gaudi, est présente partout.
Les coquillages, au plafond...
... ou sous forme de vitraux en haut des portes...
ou sur les baies vitrées.
Les portes en bois sculptées.
Un escalier central était animé par une fausse chute de neige à l'occasion des fêtes de fin d'année.
Le carrelage et en particulier la mosaïque, habille beaucoup de pièces et de murs.
Un savant dégradé de bleus donne encore plus de hauteur à l'escalier de la cour intérieure.
Antonio Gaudi était un avant-gardiste avec ses arcs caténaires.
Il avait, également mis en place une sorte de VMC, par le biais de panneaux de ventilations orientables en bas des fenêtres.
La terrasse offre une très belle vue sur Barcelone.
Elle est ponctuée de cheminées habillées de carreaux de mosaïques.
Une technique qu'affectionnait particulièrement l'architecte!
On peut voir  sur la terrasse le dos du dragon cher lui aussi à Antonio Gaudi.
Cette maison est vraiment un petit bijou!
A la fin de notre séjour, nous sommes allés visiter le parc Güell.
Les billets sont également à réserver sur internet, toujours à date et heure précise.

Par chance, nous avons eu un temps parfait pour une passer ces quelques heures dehors, et nous en avons bien profité!

Il y avait du monde, mais une fois de plus, le système de réservation permet de ne pas être trop nombreux en même temps sur le site, c'est mieux!
Propriété de Barcelone depuis 1923, le parc est inscrit au patrimoine de l'Unesco depuis 1984.
Construit entre 1900 et 1914, ce devait au départ être une "cité jardin".
Il était prévu d'y construire 60 maisons et une chapelle.
Mais compte tenu du coût colossal de ces maisons, le projet a échoué au bout de seulement 4 constructions.
Ce parc de 17 hectares est donc avant tout un jardin.
Les fontaines se succèdent.
Le relief naturel a été conservé par le créateur.
Sur la partie la plus haute du parc, on arpente une succession de colonnes, sur le haut desquelles les décors sont tous différents. 
Les rambardes aussi varient selon le niveau où l'on se trouve.
Cette construction s'apparente à un viaduc sous lequel les voitures pouvaient passer.
La mosaïque est partout.
Gaudi utilisait des morceaux de carrelage, faïence et verre cassés, selon la technique dite du trencadis.
Pour les murs... 
...avec des motifs incroyablement recherchés.
Pour habiller les nombreuses fontaines bien sûr...
En particulier celle, emblématique de Barcelone, la salamandre! 
Et celle de la tête de dragon émergeant du drapeau Catalan!
Mais aussi au plafond du marché au colonnes doriques...
... de la salle hypostyle...
... aux fenêtres des maisons...
...sur les rebords de la grande terrasse...
...et sur les toitures.
De la terrasse tout en haut du parc, la vue donne sur la mer et sur la Sagrada Familia.
Les maisons sont un hommage à la nature, avec leur forme dite en champignon.
La végétation est très luxuriante et la nature a partout sa place.
Elle inspirait énormément l'architecte et reste omniprésente dans toutes ses oeuvres.
Et pour terminer, nous avons fait une toute dernière visite que je conseille à ceux qui souhaitent finir en beauté leur découverte de Gaudi: C'est la "Gaudi experience", située à deux pas du Parc. Un film en 4 dimensions qui vous transportera dans l'univers de ce créateur incroyable!